ADOPTION DE CHIENS DE ROUMANIE – éviter les problèmes des premières semaines


Chiens des rues, Chiens roumains, Comportement, Conseils pratiques / dimanche, septembre 13th, 2020

Cet article concerne également les chiens venant d’autres pays, mais aussi ceux de refuges en France, qui passent eux aussi par de grands changements, parfois difficiles.

 

J’étudie beaucoup les arrivées et l’adaptation des chiens roumains dans leur famille d’adoption, que ce soit en ligne sur les forums de quelques associations ou à travers mes consultations. Je constate qu’il y a quelques problèmes récurrents dans les premières semaines de l’adoption. Et pas mal de ces problèmes pourraient être évités avec une bonne gestion. Voici donc quelques conseils pour gérer au mieux l’arrivée de votre chien roumain, et surtout, pour prévenir l’apparition de ces problèmes.

Le temps d’adaptation

Les chiens roumains ont généralement besoin d’apprendre à connaître leur nouvel environnement de manière très progressive ; ils ont, pour la plupart, vécu dans des environnements où la routine et les stimulations quotidiennes sont très simples et limitées.

C’est pour moi la chose la plus importante à garder en tête. Ils passent d’un environnement très simple, à un environnement beaucoup plus complexe. Ils passent par des changements très importants et ne peuvent pas encaisser trop d’informations à la fois. Il leur faut du temps pour considérer positivement ce qu’ils perçoivent dans leur nouvel environnement.

Les chiens roumains ont vécu dans un environnement très simple, où ils étaient peu stimulés. Il faut donc leur apprendre à vivre dans des environnements plus riches le plus progressivement possible.

N’en faites pas trop

Mon premier conseil et le plus important: n’en faites pas trop. Je constate que beaucoup de problèmes dans les premières semaines sont causés par un « trop plein » ; on leur en fait trop faire, ils sont sur-stimulés, exposés à un trop grand nombre de nouveaux stimuli et lieux, ils n’ont pas assez de temps pour se poser. Les premiers jours doivent etre consacrés à l’adaptation dans l’environnement de vie. Et le premier repère que votre chien doit avoir, c’est vous. N’ayez pas peur qu’il fasse de l’hyper-attachement; en réalité, tout doit être fait pour le sécuriser dans sa relation avec vous, et c’est comme ça qu’il apprendra à ne pas redouter la séparation ou l’abandon. Passez du temps à créer le lien et à lui faire découvrir son lieu de vie tranquillement. La première chose à faire est d’identifier et éliminer toutes sources de stress. Il faudra l’aider à s’y habituer progressivement et en faisant de bonnes associations. Le lieu de vie doit être sécurisant et sans stress. Ensuite, on peut commencer à lui présenter de nouveaux lieux et stimuli, et rendre sa routine un peu plus complexe.

Les chiens roumains aiment généralement avoir une routine bien structurée; cela les rassure et les sécurise. On crée donc plein de routines, à la maison et en promenade. Petit à petit, très très progressivement (j’insiste), on complexifie ces routines. Par exemple, on fait toujours la meme promenade pour qu’il s’adapte mieux, et quand il est bien à l’aise, on va un peu plus loin ou on change légèrement le parcours.

Prenez en compte le stress de votre chien et ne le stimulez pas trop

Avant tout, il est vraiment important que vous compreniez que votre chien a fait un long voyage, qu’il arrive chez vous dans un état de stress très important et qu’il vit de grands changements. La majorité des chiens roumains n’ont jamais connu la vie dans un foyer. Les bruits, les odeurs, les stimuli visuels, les personnes… ils doivent encaisser beaucoup d’informations, en plus d’être extrêmement stressés.

Tout cela les rend beaucoup plus irritables que lorsqu’ils sont dans un état « normal » (peu/pas de stress). Et pensez qu’ils ne seront pas dans un état normal pendant quelques semaines.

Bien qu’on pense souvent que les chiens sont très adaptables et résilients (il est vrai qu’ils prennent beaucoup sur eux) mais cela ne veut pas forcément dire qu’ils gèrent bien. Même un chien qui semble à l’aise et bien dans ses pattes ne réagira pas avant d’arriver à saturation. Et à partir de là, vous avez potentiellement crée un problème qui aurait pu être évité.

Alors une chose vraiment importante à faire : les premiers jours doivent être consacrés à la relaxation et vous devez stimuler votre chien au minimum. Que votre chien soit très craintif ou qu’il semble à l’aise, que ce soit un adulte ou un chiot. Ils peuvent saturer avec trop d’informations, trop de stimulation, trop de choses à fuir ou à éviter, trop de nouveauté. Il faut donc les aider à s’adapter dans leur nouvel environnement très graduellement.

➤ Ce que vous pouvez faire pour aider votre chien à bien s’adapter :

Votre chien doit avoir accès à un coin calme, où il peut se reposer sans être dérangé.

Ne le sortez pas les premiers jours, sauf si vous vivez en appartement, et dans ce cas, faites des balades juste pour les besoins. Beaucoup d’entre vous font quand même des balades, bien qu’on vous recommande de ne pas le faire. Si c’est votre choix malgré tout, choisissez un lieu très calme, avec peu de passage et faites des sorties courtes.

Ne lui présentez pas vos amis et votre famille pendant quelques temps. En fait, il vaut mieux le laisser se poser et prendre confiance chez lui pendant quelques jours avant d’inviter des gens. Pour lui présenter des invités, voir paragraphe suivant.

Limitez les stimuli présents dans le foyer ; pas trop de bruits, pas trop de stimulation visuelle, etc. Réduisez les sources de bruits ; ne passez pas l’aspirateur, regardez la télévision à volume très bas, évitez les cris. En revanche, n’hésitez pas à mettre de la musique calme et relaxante.

N’interagissez pas trop avec s’il ne vient pas vers vous. S’il est craintif à votre approche, optez pour une présence bienveillante plutôt que d’essayer de le toucher. La présence bienveillante implique de rester près de l’animal (à une distance qui lui convient) et d’être calme, sans interagir physiquement. Vous pouvez de temps en temps lui donner une friandise, vous pouvez aussi lui parler calmement et le rassurer. Contrairement à ce qu’on peut penser, le contact physique ne sera pas rassurant pour lui.

• Ne l’emmenez pas partout où vous allez. Il n’est vraiment pas nécessaire de le déplacer dans les premiers jours. Planifiez bien son arrivée de manière à ce que ça ne coïncide pas avec un départ en vacances ou des visites chez des amis. Inutile de l’emmener faire un tour au magasin du coin « pour l’habituer » ou d’autres activités du genre. Ni meme de l’emmener au club canin tout de suite.

• Pas de douche, même s’il sent très fort. Privilégiez les lingettes ou le shampoing sec (pour chiens), mais uniquement s’il accepte d’être touché. Sinon, prenez votre mal en patience.

• Prenez votre temps pour aller chez le vétérinaire. Les associatation demandent généralement à ce qu’une visite chez le vétérinaire soit effectuée rapidement. Attendez au moins une semaine si possible, pour que le chien soit moins stressé qu’à son arrivée. Faites-le plus tard si votre chien est vraiment très stressé, craintif ou qu’il ne se laisse pas du tout toucher.

Cilla, une belle roumaine qui s’est très bien adaptée et qui comble sa famille de bonheur

Les visiteurs, amis, familles

Un problème qui semble se produire très souvent dans les premières semaines après l’adoption, c’est une morsure (ou tentative) sur un invité. Il peut y avoir différentes causes, mais ce qui semble influencer ce problème dans la majorité des cas, c’est la peur/l’anxiété et trop de stimulation (voir mon article sur l’empilement des déclencheurs, lien en bas de page).

Le chien commence à peine à prendre ses marques, à se sentir en sécurité dans un environnement nouveau, à le percevoir comme un refuge, un lieu sûr. Et là, on fait rentrer des inconnus dans ce lieu, souvent sans prévenir (le chien ne peut pas s’y préparer et il y a un effet de surprise assez fort). C’est d’autant plus un problème que les chiens roumains ont souvent eu des expériences négatives avec l’humain. Même si vous avez gagné leur confiance et que ça se passe bien avec vous, ils ne percevront certainement pas les inconnus de la même manière, surtout si ces derniers rentrent chez eux brusquement. Il faudra d’ailleurs entammer un travail en parallèle pour les aider à mieux voir les inconnus.

Il y a donc généralement deux types de réactions: (1) les chiens réagissent à l’arrivée des gens en aboyant ou avec des comportements offensifs, (2) ils prennent sur eux pendant un petit moment, mais finissent par réagir (de la mme manière) suite à un mouvement ou une approche de la personne, et parfois sans qu’on perçoive ce qui a déclenché la réaction. Une chose importante à retenir, c’est que votre chien a besoin d’un peu de temps pour prendre les informations sur la personne, d’un temps d’observation, afin de les accepter et de voir qu’ils ne représentent pas une menace.

➤ Ce que vous pouvez faire pour éviter ces problèmes :

• N’invitez pas de gens les premiers jours, voir, les premières semaines. Ces intrusions pourraient freiner le processus d’adaptation et de sécurisation dans le lieu de vie. Rencontrez vos amis à l’extérieur, vous les ferez venir chez vous plus tard. Si vous devez vraiment recevoir quelqu’un, appliquez les conseils suivants :

• Instaurez un rituel d’accueil. Ce qui est souvent problématique, c’est que les invités entrent dans la maison, sans que le chien y soit préparé. L’idéal est donc d’aller accueillir les invités à l’extérieur. Vous pouvez sortir avec votre chien, accueillir les personnes à une certaine distance tout en positivant ce moment (avec des friandises, des encouragements…). Si possible, marchez un peu avec ces personnes (en maintenant une petite distance si nécéssaire), approchez vous doucement, puis, au bout d’un certain moment, faites-les rentrer chez vous et passez derrière.

• Pour certains chiens, entrer dans la pièce quand les gens sont déjà installés fonctionne bien. Ce qui veut dire que vous faites rentrer vos invités, vous les installez et ensuite, votre chien vient dans la pièce. Attention tout de même à ses réactions, surtout si vos invités se lèvent rapidement ou qu’ils font de grands gestes. Cela peut être perçu comme une menace. N’hésitez pas à le garder en laisse si vous avez peur de ses réactions. L’idéal est de l’installer dans la pièce à une certaine distance, avec quelque chose de sympa à grignoter. Les visiteurs peuvent aussi devenir le signal de bonnes choses!

• Sécurisez votre chien si nécéssaire. Pour cela, n’hésitez pas à l’installer dans une autre pièce ou derrière une barrière, dans un coin confortable et avec des activités sympas à faire (des choses à machouiller, à lécher, à grignoter). C’est toujours une bonne chose d’associer l’arrivée d’un invité à quelque chose de très plaisant. Vous pouvez également le garder près de vous en laisse, toujours en lui donnant quelque chose de sympa à grignoter, mais assurez-vous qu’il puisse changer de pièce s’il en ressent le besoin.

• Plein de visites très courtes, qui se passent bien, peuvent aider votre chien a percevoir l’arrivée des invités plus positivement. Surtout si vous lui donnez une belle friandise à grignoter – qui apparait uniquement lorsqu’il y a des visiteurs. Il vaut mieux faire des visites courtes qui se passent bien, que des visites trop longues qui risquent surtout de stresser et sensibiliser votre chien.

L’important est de faire en sorte que la venue d’un visiteur ne soit pas perçue comme un danger, que votre chien se sente à l’aise et en confiance. Ceci dit, pensez également à la sécurité de vos invités. Si votre chien est craintif ou qu’il a déjà montré une peur des inconnus, à l’intérieur comme à l’extérieur, ne prenez pas de risques en lachant votre chien dans la pièce, même avec le rituel en place. Parfois, il vaut mieux qu’il soit dans une pièce séparée ou derrière une barrière (type barrière bébé), où il se sent en sécurité. Vous pouvez le faire venir brièvement pour que l’expérience ne soit pas trop stressante (le plus court le mieux).

Apprenez à reconnaitre les signaux d’apaisement/de stress

Les Roumains sont généralement de très bons communicateurs. Apprenez à reconnaitre leurs signaux d’apaisemement et de stress, afin de ne pas les forcer à faire face à une situation qui les met mal à l’aise. Par exemple, si vous en perçevez beaucoup quand vous avez des invités, éloignez votre chien de ces derniers. Les signaux d’apaisements peuvent etre très subtils et il faut vraiment bien observer votre chien. Vous verrez ceux qu’il utilise le plus souvent. Ceci dit, il est important de leur donner de la valeur en redonnant de l’espace à votre chien quand il les exprime. Si ces signaux sont efficaces, le chien n’aura pas besoin d’utiliser des stratégies de gestion plus radicales (ex: morsure). N’hésitez pas à vous renseigner sur ces signaux sur internet; il y a des vidéos sur Youtube. Vous pouvez également acheter le livre “Les signaux d’apaisement, les bases de la communication canine” de Turid Rugaas.

Lecture supplémentaire:

L’empilement des déclencheurs 1/2
https://www.facebook.com/voxcanis/photos/lempilement-des-déclencheurs-conseils-22-voici-la-suite-de-larticle-posté-la-sem/1114932442179758L’empilement des déclencheures 2/2
https://www.facebook.com/voxcanis/photos/lempilement-des-déclencheurs-conseils-22-voici-la-suite-de-larticle-posté-la-sem/1121236491549353Chiens Roumains, une adaptation en toute sécuritéLes chiens de Roumanie, qui sont-ils ?

Bien accueillir un chien de l’étranger

Si vous rencontrez des problèmes avec votre protégé ou que vous souhaitez des conseils pour l’aider à bien s’adapter, n’hésitez pas à me contacter pour organiser une consultation. Elle peut se faire en ligne si vous n’êtes pas dans ma région, et nous pouvons également la faire avant l’arrivée de votre chien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *