LE BIEN-ÊTRE DES CHIENS ÂGÉS


Conseils pratiques, Relation homme-animal / mercredi, mai 26th, 2021

Il arrive un moment où nos animaux âgés ne semblent plus être eux-mêmes. Au-delà des problèmes de santé et du vieillissement du corps, on constate des changements de comportement. Vivant avec deux chiennes de 13 ans et une minette de 19 ans; je suis en plein dans cette période. En regardant mes fifilles, je peine parfois à reconnaitre celles qu’elles étaient autrefois.

On faisait de très longues balades avec Nymphie, qui était toujours 10 mètres devant à grimper à droite à gauche, sans jamais s’épuiser. Maintenant, les balades sont limitées à 20-30 minutes. Taïga, elle, se perchait au-dessus des portes et courait sur les murs – l’agilité des chats. Maintenant, elle peine à sauter sur le lit ; elle a des petits escaliers pour accéder aux perchoirs qu’elle affectionne.

J’ai aussi vu des changements plus déconcertants; la perte d’initiative de Nymphie, qui reste parfois bloquée dans une position d’attente, comme si elle ne savait pas quoi faire. Ce sont pourtant des situations banales, vécues un très grand nombre de fois dans sa vie et qui ne demandent pas une prise de décision très difficile. Elle peut rester devant le canapé ou devant une porte ouverte, jusqu’à ce qu’on lui indique ce qu’elle peut faire “monte”, “descend”, “va sur ton coucouche”.

La perte de repère dans l’espace, Taïga le vit aussi; elle miaule très fort quand elle est seule dans un couloir de la maison, comme si elle ne savait pas où elle/on était. Il y a aussi plus de difficultés avec la séparation, pour des chiennes qui n’ont jamais eu de problèmes avec ça. Nous pouvons aider nos chiens âgés à mieux vivre ce vieillissement, voici quelques pistes à explorer.

Le syndrome de dysfonctionnement cognitif

Le syndrome de dysfonctionnement cognitif (SDC) est un trouble neurocomportemental qui touche les chiens et chats âgés. Il se caractérise par une défaillance des processus cognitifs impactant les fonctions de l’animal et ses capacités d’adaptation. Une étude a estimée qu’environ 28% des chiens de 11-12 ans et 68% des chiens de 15-16 ans sont touchés. Les signes comportementaux qu’on peut constater sont :

– Désorientation spatiale ; l’animal semble perdu ou confus, il ne semble pas reconnaître des lieux familiers, il a du mal à faire des choses qui sont habituelles, il se retrouve coincé dans des coins ou derrière des meubles, ils regarde dans le vide, ne trouve pas les sorties.

– Changements dans les interactions sociales ; accueille ses gardiens ‘indifféremment’, interagit moins avec ses gardiens, est moins affectueux ou au contraire, en demande « excessive », est plus réactif et/ou agressif, ne tolère plus la solitude.

– Changements dans l’exploration de l’environnement (généralement liée à une altération des sens).- Sommeil perturbé ; dort énormément, dort peu, se déplace très fréquemment, comportements anormaux la nuit (vocalise, fait les cent pas, reste debout).

– Malpropreté ; l’animal élimine à divers endroits, sur le couchage, il n’indique plus quand il veut aller à l’extérieur pour faire ses besoins, il élimine à l’intérieur juste après une promenade.

– Changements dans l’activité motrice ; fait les cent pas, bouge sans but apparent, reste debout sans bouger, ne bouge plus, perd de l’intérêt pour la nourriture, développe ce qui s’apparente à une ‘obsession’ pour la nourriture, activités répétitives.

Améliorer le bien-être du chien âgé

Il est important de reconnaître les premiers signes du dysfonctionnement cognitif. Les changements ressentis par les chiens peuvent causer de l’anxiété et un inconfort ; il est important que nous proposions des aménagements pour les aider.

Les animaux âgés, particulièrement ceux souffrant du SDC, bénéficieront d’un suivi régulier par un vétérinaire, ainsi qu’un comportementaliste qualifié. Il faut évaluer les besoins nutritionnels, la douleur, ainsi que les changements physiques, comportementaux et mentaux.

Le vétérinaire vous aidera à adapter l’alimentation et il vous proposera peut-être des compléments alimentaires et/ou des traitements pour améliorer les fonctions cognitives. Le comportementaliste vous aidera à stimuler l’animal mentalement, pour le faire travailler en douceur, en fonction de ses capacités.

Ce que vous pouvez faire :

– Aménager votre lieu de vie pour faciliter l’orientation et les déplacements de votre animal. Des petits escaliers pour accéder aux lieux en hauteur, des tapis de gym pour faciliter les déplacements dans la maison (surtout si vous avez du carrelage ou du parquet, qui peuvent être glissants), des barrières bébé pour éviter qu’ils se perdent dans la maison, pas d’accès aux escaliers sans surveillance.

– En parler à votre vétérinaire, qui pourra vous conseiller des compléments alimentaires et/ou une médication qui améliorera les fonctions cognitives de l’animal.

– Bien stimuler mentalement a un effet positif sur la santé cérébrale des animaux (comme des humains). On peut leur proposer des activités impliquant de se concentrer et réfléchir pour trouver des solutions à des problèmes. Attention à les adapter à leurs capacités, afin que ce ne soit pas trop difficile et frustrant.

– Faire des balades. Elles sont importantes pour les chiens âgés, même quand elles sont très courtes. Elles les stimulent physiquement et ils sont exposés à de nouveaux stimuli en sortant de leur lieu de vie – ce qui aurait un effet positif sur leur mémoire, leurs capacités d’apprentissage et leur concentration.

– La patience et la compréhension. Vous me direz que cela va de soi, mais malheureusement, je vois souvent des gens qui ont les mêmes attentes avec leur chien âgé que celles qu’ils avaient quand ce dernier était plus jeune. C’est important de les ménager, de les aider comme on peut et d’essayer de comprendre ce qui leur arrive. Notre soutien est extrêmement important pour leur bien-être.

Plus de lecture (en anglais): Management of Dogs and Cats With Cognitive Dysfunction: https://todaysveterinarypractice.com/management-of-dogs…/

ARTICLES SIMILAIRES:
ENRICHISSEMENT CANIN (1/2)
ENRICHISSEMENT CANIN (2/2)
LE BIEN-ÊTRE COMPORTEMENTAL DU CHIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *