Chien réactif en laisse: que faire?


Comportement, Conseils pratiques, Education / mercredi, avril 18th, 2018

Votre chien tire sur la laisse, aboie ou grogne lorsqu’il voit d’autres chiens, des passants ou des voitures ?

Si ils peuvent rendre les balades stressantes et désagréables, ces comportements traduisent généralement un problème de communication, de la frustration, de la peur ou de l’anxiété. 

Certains chiens sont frustrés de ne pas pouvoir aller jouer avec leur congénères et tirent sur la laisse en aboyant. Les chiens peureux cherchent à faire fuir car ils n’ont pas la possibilité de s’éloigner eux-mêmes. Certains chiens passent directement à l’agression, car ils perçoivent ce qui approche comme un danger (l’impossibilité de s’éloigner à cause de la laisse peut envenimer ces situations). Il arrive aussi que cette agression soit redirigée : le chien ne pouvant pas atteindre la cible de son attaque, se retourne pour la diriger sur la première chose qu’il trouve: généralement son maître ou un de ses compagnons à quatre pattes. 

Quelles en sont les causes ?

Il est essentiel de comprendre pourquoi le chien est réactif en laisse, car si c’est un comportement motivé par la peur, ou même la phobie, il est impératif d’essayer d’améliorer son état émotionnel en parallèle de la gestion en situation. Si on essaye de changer son comportement, sans soigner ses causes émotionnelles, on tournera en rond. Identifiez tout ce qui est à l’origine de cette réactivité (tout ce qui la déclenche). Cela vous permettra dans un premier temps d’éviter ces déclencheurs, de guider votre chien vers un lieu plus sur et aussi de l’habituer à leur présence, petit à petit. 

À ne pas faire

Même si ca peut paraître difficile, il est vraiment impératif de garder son calme dans ce genre de situation, afin de ne pas envenimer les choses ou de rendre votre chien encore plus réactif. En effet, il est dans un état d’excitation important et nous ne voulons pas que ses réactions escaladent en agression. Il ne faut surtout pas crier, tirer violemment sur la laisse ou réprimander le chien. S’il a déjà commencé à réagir ou si vous voyez que vous êtes coincé dans une situation compliquée, vous pouvez le gérer de plusieurs autres façons (voir paragraphes suivants). 

Détacher le chien n’est parfois pas une mauvaise idée, puisque le fait de ne pas pouvoir contrôler son propre espace (fuir, se rapprocher doucement pour apaiser la situation… etc) le rend nerveux. Cela dit, il est absolument nécéssaire d’en mesurer les risques! Un chien est plus en sécurité s’il est attaché, car cela évite qu’il se dirige vers une route dans un moment de panique ou qu’il se fasse attaquer par un autre chien en laisse. Si c’est un chien nerveux en laisse, qui est parfaitement sociable lorsqu’il n’est pas attaché (et que son rappel est au top), alors effectivement il parait judicieux de le lâcher. Mais avant tout, il faut s’assurer qu’il n’y a pas de danger dans l’environnement. Pour ce qui est des autres chiens, assurez vous qu’ils soient sociables aussi. Si un autre chien est attaché, c’est peut-être parce qu’il n’est pas très sociable et cela augmente les risques de bagarre.

Ce qu’on peut faire

1/ Gestion immédiate en situation

  • Maintenez une distance de sécurité
    Cela sera votre meilleure chance d’éviter des conflits et une montée en tension. Si vous le pouvez, restez à distance des déclencheurs, suffisament loin pour que votre chien ne ressente pas le besoin de réagir. Essayez de promener votre chien dans des espaces larges et évitez également les chemins étroits : les balades sur des chemins larges ou dans les champs vous permettent de voir ce qui arrive vers vous et de vous écarter le plus loin possible pour éviter de mettre votre chien dans une situation difficile. 
  • Il pleut des croquettes (détourner son attention)
    Cette technique vise à jeter des croquette par terre pour détourner l’attention du chien et peut être utilisée dans un bon nombre de situations. Prenons un exemple : vous êtes sur un chemin de campagne et au loin, vous voyez un cycliste arriver. Malheur ! Votre chien déteste les cyclistes et vous ne pouvez pas vous écarter assez loin. Prenez une bonne poignée de friandises et jetez la sur le coté (le plus loin possible du chemin) pour que votre chien aille les chercher (continuez à en jeter jusqu’à ce que le cycliste se soit éloigné si nécessaire). Un autre exemple : un chien arrive en courant vers le vôtre. Jetez une poignée de friandises sur l’autre chien (ou dans sa direction) et profitez-en pour vous éloigner rapidement le temps qu’il les cherche.
  • Attendre que ça passe
    Si vous êtes bloqué, n’avez pas de friandises sur vous et si vous avez assez de force physique, attendez simplement que la tempête passe. Attendre, sans bouger, crier ou tirer sur la laisse permet parfois d’éviter une escalade de l’agression qui envenimerait la situation. Le fait que vous paraissiez calme (même si en vous-même, vous ne l’êtes pas), peut calmer votre chien. Faites l’arbre : attendez que votre chien ait fini de pousser sa gueulante. Vous ne risquez pas de renforcer les mauvais comportements et en même temps vous laissez votre chien s’exprimer. Cela dit, méfiez vous de l’agression redirigée et assurez vous que ça ne tourne pas en bagarre avec un autre chien.
  • Promener le chien à des heures calmes
    Si votre chien est réactif avec les autres chiens, les passants, les cyclistes ou les enfants, évitez les endroits où il s’en trouve beaucoup. Essayez de promener votre chien dans des endroits peu fréquentés ou aux heures les plus calmes. Le plus vous vous retrouvez dans ce genre de situations, le plus la réactivité de votre chien sera problématique. 

2/ Gérer le problème sur le long terme 

  • Améliorer la confiance du chien
    Un chien nerveux en laisse, l’est souvent parce qu’il ne se sent pas en sécurité. Si en plus le maître est tendu, nerveux et ne sait pas gérer la situation, cela peut s’empirer. Pour que votre chien se sente en sécurité avec vous, qu’il vous considère comme un guide dans ces situations il est essentiel de travailler votre relation: jouez avec votre chien, faites des activités, proposez lui de belles expériences, récompensez le… et laissez le être un chien. Ne lui en demandez pas trop, ne lui faites pas faire trop de sacrifices, laissez lui l’opportunité de s’exprimer comme il le souhaite.
  • Travailler l’éducation 
    Pour des situations qui peuvent mal tourner, il est parfois utile de demander à notre chien de se focaliser sur une autre action. C’est assez simple : si votre chien répond parfaitement au “assis” et dans toutes circonstances, utilisez ce signal pour éviter qu’une situation dégénère. Cela permet au chien de faire quelque chose qu’il sait bien faire, pour lequel il aura une belle récompense. Il faut que ça soit quelque chose qu’il prenne plaisir à faire, autrement cela sera perçu comme une obligation et augmentera sa frustration.
    Vous pouvez aussi travailler des actions comme le demi-tour d’urgence. Il peut servir dans beaucoup de situations. Pourquoi l’apprendre ? Parce que si le chien ne connaît pas la commande, il risque simplement de tirer dans l’autre sens, et vous, essayant de faire demi-tour, aurez plutôt la sensation de tirer un boulet. Un demi-tour d’urgence, c’est donc un signal que le chien connaît parfaitement, pour laquelle il y a de grandes récompenses. Imaginez ceci : vous êtes sur un petit chemin étroit et voici qu’un maître et son chien arrivent en face. Votre chien est mal à l’aise parce qu’il est en laisse et n’aime pas trop croiser d’autres chiens aussi près. Vous lui dites “faisons demi-touret il se retourne pour partir dans l’autre sens. Ca semble parfait, et c’est faisable! Comme pour le conseil précédent, l’entrainement doit être plaisant et lui permettre de gagner des récompenses, afin qu’il prenne plaisir à le faire.
  • Regarder le monde (désensibilisation et contre-conditionnement)
    Un chien réactif l’est souvent parce qu’il a été mal sociabilisé. Il est donc nerveux en présence de personnes ou choses qu’il ne connait pas. Mettez vous en retrait, dans un parc, par exemple. Asseyez-vous à une bonne distance des autres, dans un coin en sécurité et regardez ce qu’il se passe. De temps en temps, donnez lui une friandise ou carressez le, faites-en une expérience positive. Vous lui permettez de se détendre dans un lieu qui pourrait autrement être stressant, vous lui apprenez des comportements calmes et vous lui faites ressentir des choses positives. L’important est de trouver un lieu calme, loin des potentiels déclencheurs, ou le chien se sent en sécurité.
Photo JakeOates

En éducation, il est important de commencer par travailler dans un lieu calme avec peu de distractions (la maison, le jardin) et petit à petit travailler les mêmes exercices dans des lieux plus distrayant. Il faut être réaliste avec nos objectifs, on ne peut pas demander à un chien qui n’a jamais fait d’éducation d’apprendre un demi-tour en deux jours. N’oubliez pas de laisser votre chien être un chien: il faut lui permettre de renifler plein d’odeurs, de parfois choisir la direction dans laquelle vous vous dirigez, de le laisser creuser un trou de temps en temps… Si vous l’empêchez trop souvent de faire ce qu’il veut, il perdra confiance en vous et sera frustré (ce qui peut le rendre réactif). 

Surtout, observez votre chien, apprenez à déceler les comportements indiquant de la nervosité. En apprenant à l’écouter, à le comprendre et vous pourrez gérer des situations dès les premiers signes d’inconfort.

 

Voici quelques lien vers des vidéos Youtube qui expliquent très bien les méthodes d’entrainement aux exercices que j’ai cité:
Détourner son attention (anglais avec démonstration) Chirag Patel montre comment utiliser les friandises pour détourner l’attention du chien
Arreter un chien qui s’approche (anglais avec démonstration) Patricia McConnell montre comment stopper un chien qui s’approche vers vous en courant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *