Coup de gueule contre les colliers électriques !


Actualités scientifiques, Blog, Education, Relation homme-animal / vendredi, mai 25th, 2018

Il y a quelques mois en balade dans le parc, j’aperçois un Beagle complètement paniqué qui était poursuivi par son maître. Sur le coup, pensant que l’animal était blessé, je me suis lancée dans sa direction pour essayer de l’attraper. A ce moment là, j’ai entendu “bip bip bip”, le chien a accélèré puis a hurlé en secouant violemment sa tête sur le côté.
Alors qu’ils sont interdits dans plusieurs pays d’Europe (ex: Allemagne, Danemark, Suède) les colliers électriques semblent de plus en plus populaires chez les propriétaires de chiens en France. Cet engouement ainsi que les arguments qui justifient leur utilisation font froid dans le dos.

Pourquoi utilise t’on des colliers électriques en éducation canine ?

Lorsque les conséquences d’un comportement sont déplaisantes, on réduit les chances que le comportement se reproduise. En gardant l’exemple de la décharge électrique, c’est simple à comprendre: si j’appuie sur un interrupteur et que je reçois une décharge électrique, il est fort probable que je n’y touche plus. Si je le touche à nouveau, la deuxième décharge devrait me convaincre de ne plus le faire.
Initialement, ces colliers étaient utilisés dans un cadre strictement contrôlé par des personnes expérimentées, généralement pour réduire des comportements de prédation. La conséquence étant extrêmement déplaisante, une séance était généralement suffisante pour stopper un comportement. Son utilisation n’était pas appliquée quotidiennement !

Depuis quelques années, ces outils sont mis entre les mains de personnes ayant peu de connaissances sur leur mécanisme d’effet. Par exemple, le Beagle dans le parc était puni car il ne répondait pas au rappel. Son air paniqué indiquait qu’il n’avait aucune idée de pourquoi il recevait ce choc. De plus, il est fort possible qu’il ait associé le choc avec le fait que son maître ait placé le collier sur lui.

Le problème c’est que leur usage doit cibler un comportement très précis à un moment très précis pour être efficace. Que va comprendre un chien qui s’éloigne de son maître et qui se prend un coup de jus ? Qu’il ne faut pas courir ? Qu’il ne faut pas aller à cet endroit ? Qu’il ne faut pas mettre la truffe au sol ? Les chances que l’association recherchée (choc + s’éloigner du maître) soit faite sont réduites par la présence de plusieurs actions simultanées. Quand ça marche pour le rappel, c’est bien souvent une question de “chance” et possiblement parce que le chien revient vers son maître pour du réconfort après la douleur, comme le chien qui se fait marcher sur la patte. Sans une excellente connaissance du mécanisme d’action (la punition positive), ces méthodes ne peuvent pas être maîtrisées correctement.

Oui, le chien ressent de la douleur ! 

Parmi les arguments avancés par certains, les colliers électriques ne causeraient pas de douleur: “c’est juste un petit picotement”. Et s’ils ont été essayés sur un humain qui atteste qu’ils sont très douloureux, alors on nous répond que les chiens ne ressentent pas la douleur de la même manière que nous. En réalité, la peau d’un chien est bien plus sensible que celle d’un humain (voir image ci-dessous): l’épiderme est plus fin et il y a plus de glandes sudoripares apocrines (donc plus d’humidité, vecteur d’électricité).

Gauche: Peau du chien, Droite: Peau de l’humain

Mais remettons les choses en perspective : s’ils ne causent pas de douleur, qu’est ce qui stopperait un chien de faire ce qu’on souhaite l’empêcher de faire ? La douleur est l’effet punitif des colliers, ils doivent être suffisamment douloureux pour que la motivation d’éviter de revivre cette expérience l’emporte sur la motivation de faire ce pourquoi on souhaite le punir.

Leur utilisation peut sérieusement impacter le bien-être du chien et le lien avec son maître

Si l’idée d’infliger une douleur intense à son chien n’est pas suffisante pour convaincre les gens de ne pas l’utiliser, on peut regarder du côté des études scientifiques et des associations de vétérinaires qui parlent des impacts que ces méthodes peuvent avoir sur le bien-être du chien et ses relations sociales. Par exemple, la European Society for Clinical Veterinary Ethology (ESCVE) vient de publier une synthèse de plusieurs études et leur conclusion confirme que ces colliers peuvent avoir des effets très néfastes :

-La douleur peut causer de la peur, de l’anxiété, des phobies, de la fuite, de l’agression ou une apathie.
-Le choc électrique augmente les paramètres physiologiques liés au stress (cortisol, rythme cardiaque…).
-Le stress induit par les chocs (et leur imprédictibilité) peut générer des troubles du comportement et augmenter la fréquence des aboiements.
Les méthodes punitives créent du stress, de l’anxiété et de la peur qui augmentent les risques d’agression (attaques, morsures graves).
-Les chiens éduqués au collier électrique peuvent associer les chocs avec la présence de leur maître, ce qui peut sévèrement impacter leur lien et réduire la confiance du chien.
-Les réponses émotionnelles qu’engendre la douleur peuvent freiner l’apprentissage.

En conclusion

Penser qu’on économise des frais d’éducation en gérant les comportements du chien avec ce type d’outils, peut surtout aggraver les problèmes, voir, en créer de nouveaux et de plus graves. On en payera tôt ou tard les frais. Soit en faisant appel à un comportementaliste pour traiter les problèmes ou bien, parce qu’on se retrouve avec un chien qui n’a plus aucune confiance en nous et qui est résigné par la peur et la douleur. Dans les pires cas, le chien est tellement agressif qu’il faut l’euthanasier.

Pourquoi en faire usage alors qu’on peut guider le chien avec des méthodes agréables et sans douleur ?! Je ne vais pas passer par quatre-chemins: le collier électrique pour “éduquer” un chien est un instrument dangereux ! La France devrait suivre l’exemple de certains de ses voisins et l’interdire.


References:
Cooper et al. (2014) The welfare consequences and efficacy of training pet dogs with remote electronic training collars in comparison to reward based training. PLoS One 9, e102722
Masson et al. (2018) Electronic training devices: discussion on the pros and cons of their use in dogs as a basis for the position statement of the European Society of Veterinary Clinical Ethology (ESVCE), Journal of Veterinary Behavior, 
doi: 10.1016/ j.jveb.2018.02.006
Schilder & Van Der Borg (2007) Training dogs with the help of the shock collar: short and long-term behavioural effects. Appl. Anim. Behav. Sci. 85, 319-334.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *