LA PEUR ET LE RÉCONFORT


Blog, Comportement, Conseils pratiques, Relation homme-animal / samedi, novembre 9th, 2019

Imaginez-vous être dans une situation dans laquelle vous avez très peur. Par exemple, vous voyagez en avion et il y a de grosses turbulences. Vous êtes avec un proche et ce dernier vous ignore totalement, même quand vous lui faites part de votre état émotionnel. Aucun réconfort. Vous tremblez comme une feuille, mais personne ne vous parle. La réponse des gens qui vous entourent, que ce soit votre proche ou des inconnus, n’est certainement pas celle que vous recherchiez.

D’ailleurs, dans ces moments-là, vous recherchez quoi ?
Du soutien, du réconfort, un câlin, de l’aide, une présence rassurante, quelqu’un qui vous explique qu’il n’y a pas risques… ou être ignoré ? Vous pensez que le réconfort renforcera votre peur ou au contraire, vous aidera à la surmonter ?

Pour avoir vécu cette situation dans l’avion (j’en ai carrément pleuré), je peux vous dire que ce qui m’a aidé, c’est le réconfort d’un proche. Et cela n’a certainement pas renforcé ma peur des turbulences ou de l’avion.

➡️ Réaction émotionnelle vs. réponse comportementale

Ca fait des décennies qu’on entend qu’il ne faut pas caresser un chien qui a peur, car cela “renforce” la peur. En fait, c’est un gros micmac. On mélange émotion et comportement.

Pour que ce soit clair dès le départ, la peur ne peut pas être renforcée par une expérience positive/plaisante. Elle peut en revanche être renforcée par une expérience négative/déplaisante. Pour reprendre l’exemple de l’avion, le sentiment négatif que la “société” et votre proche vous ont fait ressentir, vont très probablement influencer vos prochains voyages en avion et renforcer votre peur des turbulences (associées à un sentiment de détresse). Elles vont peut-être même créer un sentiment négatif vis-à-vis du proche qui vous a ignoré.

réconforter un chien

➡️ On renforce la stratégie de gestion émotionnelle

Le “risque” est plutôt de renforcer le comportement et ce sera très probablement le cas. Et cela, parce que si la peur du chien diminue, il peut associer cela à ce qu’il se passe au moment donné; ce qu’il y a dans l’environnement, le gardien, son comportement, un autre chien, un doudou, des friandises… ce qui a, selon le chien, permis de surpasser cette peur. Si votre chien se blottit contre vous lorsqu’il entend les éboueurs, vos caresses qui vont le rassurer, vont également renforcer le comportement de se blottir contre vous. Il est vraiment important de comprendre que ce n’est pas la peur qui est renforcée.

Quel que soit le comportement de votre chien à ce moment-là, s’il est associé avec un mieux-être, il peut effectivement être considéré comme une stratégie efficace dans des situations similaires. Pour un chien peureux, un protocole de gestion implique généralement le renforcement de comportements alternatifs/autres (par exemple, tout ce qui n’est pas de la fuite ou de l’agression), particulièrement quand on a réussi à diminuer la peur. Diminuer la peur grâce à une sensation/expérience positive est une stratégie efficace, mais qui demande tout de même une bonne maîtrise (voir section suivante).

➡️ Stratégies et expériences

Dans certains cas, nos stratégies ne permettent pas l’élimination complète de la peur. Pour ma part, je n’ai pas + peur des turbulences, mais je ne suis pas non plus très à l’aise quand ça se produit.

Si votre chien a peur des cyclistes, vous mettre à côté d’une piste cyclable et caresser votre chien, n’est probablement pas ce qu’il y a de plus efficace. Et encore que ça se discute ; comme le dit Patricia McConnell, le réconfort n’est jamais de trop. Et honnêtement, même face à une grosse peur, je ne dirais pas non à la présence bienveillante d’un proche. Mais si vous aidez votre chien à ce moment là, cela ne veut pas dire qu’il a totalement vaincu sa peur, pour toujours.

Si au contraire, la peur s’intensifie face aux cyclistes, parce que la stratégie n’est pas assez efficace, on accusera la caresse d’avoir renforcé la peur. C’est ce genre d’expériences qui ont influencé ces croyances ; nombreux sont ceux qui ont tenté de réconforter leur chien dans des situations qui étaient beaucoup trop difficiles à gérer émotionnellement (et qui nécessitaient certainement des stratégies supplémentaires).

➡️ Des croyances dépassées

Conseiller de ne pas caresser un chien lorsqu’il a peur vient du même conseil donné aux parents dans les années 30 (il ne fallait pas porter les enfants lorsqu’ils avaient peur). Cette idée fait sa route vers les oubliettes depuis de nombreuses années (on l’espère tout fort), les psychologues ayant démontré qu’un enfant qui grandit avec le sentiment qu’il peut compter sur ses parents lorsqu’il est dans une situation difficile, a plus de chances de devenir un adulte courageux, indépendant … et moins peureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *